Saumur insolite

Venir à Saumur sans urgence fébrile.

Parcourir ses rues et ses communes alentours pour s’imprégner de la forme d’une ville, sentir les reflets du fleuve et embrasser ses habitants comme on le ferait avec ses amis, ses proches.

Amélie Debray pourrait rejoindre la belle liste des voyageurs qui se lancent sur les routes sans préalablement s’abîmer dans toutes les littératures forcément infinies qui décrivent la ville, son histoire, son château, ses courbes démographiques décennales ou l’évolution irrégulière de son urbanisme. Non, Amélie Debray sait faire confiance à l’instinct pour dépasser le pittoresque et tenter de saisir l’insolite.

Bien sûr, Saumur n’est pas une ville facile qui se laisserait prendre sans une délicate attention. Les séjours répétés qu’elle y fait sont autant de rencontres arrangées avec des personnes et des lieux qui lentement révèlent une photographie volontairement subjective de la ville. Un centre ville en rase campagne, des adolescents aussi déterminés que fragiles, la fête foraine sous le ciel inquiet du printemps, le directeur de la piscine en costume dans le petit bassin…

Ce puzzle de vues insolites laisse entrevoir la construction permanente qui caractérise nos villes modernes. Parfois déconcertés, nos yeux en s’aiguisant s’approprient alors le regard de l’autre. L’altérité réciproque peut être sublimée, les images mentales deviennent réelles, les formes d’une ville se dessinent patiemment.


Pierre Sanner, directeur du Festival Images au Centre
Amélie Debray all rights reserved